Pour en savoir plus :

Des mondes engloutis refont surface : les maisons sur palafittes d'Unteruhldingen
www.pfahlbauten.de

Retrouvez plus d'informations sur le site de l'Association Palafitte, et comment soutenir la candidature au Patrimoine Mondial de l'UNESCO :
www.palafittes.org

Une édition spéciale sur l'expérimentation « Une Journée dans l'Âge de Pierre » réalisée par le site SWR.de, la chaîne de télévision ARD.
www.swr.de

 

Wendelin Knecht avec des membres de sa famille « à la recherche d'antiquités » sur
la baie de Bodman (1903).

De la chasse au trésor à l'éco-archéologie
Les palafittes à travers les siècles

Dans une petite baie près d'Obermeilen, sur le lac de Zurich, par une journée d'un hiver froid et alors que le niveau de l'eau était particulièrement bas, l'enseignant Johannes Äppli découvrit les restes d'une habitation humaine au fond du lac. Des poteries, des haches et des os retrouvés entre les palafittes furent ensuite identifiés par Ferdinand Keller, un archéologue de Zurich, comme des restes d'habitations préhistoriques. Son travail conduit aux fouilles des sites de palafittes en Suisse, mais également dans tous les pays entourant les alpes. La richesse inattendue de ces découvertes fut le point de départ d'une véritable “ruées sur les palafittes”, jusqu'en Lettonie et en Irlande. La découvert des palafittes sur les bords des lacs avait éveillé l'intérêt des archéologues. Le commencement de l'Histoire ne se situait plus à Rome ou Athènes, mais sur les bords des lacs.

Les premiers éléments retrouvés sur un site de palafittes datent de 1856. Puis suivirent les découvertes de Bodman en 1858. A Unteruhldingen et Sippligen, les premières fouilles furent conduites en 1864 et 1865. Les premiers objets découverts se retrouvèrent rapidement dans les villes allemandes de Stuttgart, Karlsruhe et Munich, dans le cadre d'un échange de vestiges archéologiques entre St Petersbourg, Berlin, Londres et Paris. La Suisse présenta des vestiges de palafittes lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1867. Des peintures, objets et reconstitutions de maisons furent présentées lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1889.

Le 20e siècle fut marqué par le conflit entre nature et science. La botanique, la zoologie mais également la dendochronologie (qui permet la datation des arbres), apportèrent de nouvelles perspectives aux conditions de vie grâce à de nouvelles techniques de datation. Il fut alors découvert qu'un réhaussement du niveau du lac en 850 av. JC. avait été à l'origine du départ des populations qui vivaient sur ses rives. A la fin de la période des palafittes, les populations s'étaient retirées dans l'Hinterland.

Des recherches sous-marines commencèrent à Unteruhldingen à partir de 1955. La méthode employée permit de fouiller sans devoir drainer les sites d'habitation ni les sites archéologiques. Dès 1981, l'archéologie aérienne permit de documenter depuis le ciel des villages de plus de deux hectares, comportant chacun jusqu'à 100 maisons d'habitation. Les services de préservation du patrimoine travaillèrent d'arrache-pied pour collecter et enregistrer les informations concernant les vestiges de campements, à la surface comme sous le niveau du lac. L'assèchement des marécages et des zones humides et l'évolution des rives naturelles provoqua une diminution des éléments naturels. Des mesures de protection comme la réhumidification ou la renaturation ont été mises en place pour aider à préserver ces ressources.